école de kendo de Voisins le Bretonneux Ecole de kendo de voisins le bretonneux Accueil Accueil Contact Contact Plan du site Plan du site
école de kendo de Voisins le Bretonneux
école de kendo de Voisins le Bretonneux KENDO DOJO MEDIAS LIENS
   
école de kendo de Voisins le Bretonneux
 
Accueil / Kendo / Historique du kendo Japonais
Présentation
Historique du kendo Japonais
La tenue et l’armure
Le shinaï, le sabre moderne
Règle de combat
Lexique
Imprimer
Envoyez à un ami
*Historique du kendo Japonais
*Sommaire de l'article
XVIème siècle -> XVIIIème, p1
XIXème siècle, p2
XXème siècle, p3

XVIème siècle -> XVIIIème

A l’inverse de beaucoup d’autres arts martiaux japonais, le Kendo ne doit pas ses formes techniques actuelles à une seule personne, mais à l’expérience collective et à l’habileté de beaucoup.

Avant l’établissement du gouvernement militaire ( bukafu ) Tokugawa ( 16031867 ) il y avait des milliers de ryu ( au sens large : école, éthique, spirituelle ), mais très peu préparaient à l’éventualité du combat véritable. L’utilisation d’exercices formels pré-arrangés nommés katas pratiqués au sabre ou au bokken, constituait alors la méthode centrale d’entraînement. Le combat à mort représentait l’ultime test pour le sabreur désireux, ou contraint, de mesurer son habileté.
Pendant les siècles relativement paisibles de l’époque Tokugawa ( Edo 1603 1867 ), le combat sur champs de bataille fut révolu, ainsi que le duel privé avec lame véritable, décrété illégal, sauf autorisation spéciale du gouvernement. Même le taryu jiaï (engagement entre escrimeurs de ryu différents au boken ), avidement recherché par beaucoup de ryu, et d’abord approuvé par le Bakufu, fut finalement interdit, quand il apparut évident que ces affrontements se soldaient toujours par de sérieuses blessures et parfois même par la mort.

Une autre possibilité existait : l’utilisation du shinaï, inventé dans la deuxième moitié du XVIème siècle la plus ancienne utilisation du shinaï est attribuée traditionnellement à Hikida BUNGORO 1537-1606 ), fondateur du Kikida Ryu.Mais Kamiizumi ISE NO KAMI ( 1508-1578 ), fondateur du Shinkage Kage Ryu, et Yamada HEIZAEMON ( ? - 1550 ), fondateur du Jikishin Kage Ryu, utilisaient également le shinaï dans leurs méthodes d’entraînement.

A cette époque se dégage un style nouveau. Les héritiers des formes classiques qui représentaient et perpétuaient le style ancien, contribuèrent à son épanouissement. L’utilisation du shinaï se popularisa, avec l’apparition des différentes pièces de l’équipement protecteur, le shinaï geiko, précurseur direct du kendo moderne, prit de plus en plus d’importance à l’entraînement. Son aspect dynamique le rendit pour beaucoup bien plus attrayant que le kendo classique.

Le terme de " KENDO " est employé pour la première fois vers 1668 par Abe GORODAYU, fondateur de l’Abe Ryu, et aussi à peu près à la même époque par Yamanushi RENSHINSAI, fondateur du Heigo Muteki ryu (1670 ). De nombreuses personnes n’appartenant pas à la catégorie classique des guerriers, s’engagèrent dans la pratique du kendo, témoignant de sa popularité grandissante. Plus de 500 ryu spécialisés en shinaï furent ainsi crées, et animés, par ces nouveaux pratiquants qui entendaient ainsi rejoindre la glorieuse tradition qui était jusqu’alors le monopole des guerriers classiques. Mais il convient de préciser qu’une tendance, non exempte d’ailleurs de mobiles financiers, visa plus à la satisfaction de la moyenne des pratiquants, qu’au maintien des anciennes valeurs classiques.